Le ministre de la Défense et des anciens combattants, Tiéna Coulibaly,  confirme les informations sur l’existence du charnier à Nantaka et Kobaka et l’implication de certains FAMAs. Le ministre promet des sanctions contre les militaires incriminés.