Au Zimbabwe, depuis près de vingt ans, le pays traverse une grave crise économique et financière. Il est étranglé par un manque criard de liquidités et une inflation galopante.Dans la nuit de samedi à dimanche, le prix à la pompe a plus que doublé et cela dans un contexte économique déjà très difficile. Suite à cela, les Zimbabwéens ont manifesté leur colère contre cette hausse des prix du carburant. Ils ont l’impression que leur vie n’a pas changé depuis le départ de l’ancien chef de l’Etat Robert Mugabe, en novembre 2017.
En arrivant au pouvoir, Emmerson Mnangagwa avait fait beaucoup de promesse, notamment celle de relancer une économie à genou. Plus d’un an après, la population, qui avait mis beaucoup d’espoir dans ce nouveau régime, est déçue et en colère. Depuis plusieurs mois, l’inflation est en forte hausse, provoquant des pénuries de produits de base, comme le riz et l’huile. Pour trouver une solution, La ZCTU a appelé à une journée ville morte jusqu’à mercredi pour protester contre ce qu’ils estiment être un manque d’empathie de la part du gouvernement.

Le président Emmerson Mnangagwa, a annoncé samedi dernier que l’objectif de ladite multiplication par deux et demi des prix de l’essence, est de réduire la consommation et les trafics liés à la dévaluation de la quasi-devise locale, selon lui les « bond notes ». Avant d’ajouter que sa décision d’augmenter les prix du pétrole était « nécessaire ».

www.bamakonews.net