Le samedi 13 octobre 2018 la Coalition citoyenne de la société civile pour la paix, l’unité et la réconciliation nationale au Mali a présenté la 1re édition de son rapport alternatif citoyen sur la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du Processus d’Alger. C’était à l’hôtel Al-Farouk de Bamako.

En partenariat avec Friedrich Ebert Stiftung, la Coalition citoyenne, dirigée par l’ancien Premier ministre Ahmed Mohamed Ag Hamani, a pour mission générale de réfléchir et de proposer sur toutes les grandes questions d’intérêt national, et une mission spécifique d’observation, de veille et d’alerte pour la mise en œuvre de l’accord pour paix et la réconciliation au Mali.

Cette Coalition est un regroupement fédérateur des associations faîtières de la société civile, des organisations socio-professionnelles, des associations religieuses et coutumières ainsi que le Haut conseil des Maliens de l’extérieur, à l’exclusion de toutes associations ou organisations à caractère politique.

Selon le président de la Coalition, M. Ag Hamani, ce document intitulé « Rapport alternatif citoyen sur la mise en œuvre de l’accord pour paix et la réconciliation au Mali, issu du Processus d’Alger » tire sa substance de l’accord lui-même, des actes de la Conférence d’entente nationale, des rapports de dix panels thématiques de la CCSC-PURN, des contributions des organismes et instituts nationaux et internationaux, ainsi que des rapports d’experts spécialisés comme le bureau du Haut représentant du président de la République pour la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali et la Fondation Friedrich Ebert Stiftung (FES).

« Une analyse approfondie de la mise en œuvre de l’accord à travers ses différents axes faisant ressortir ses forces et faiblesses, a permis de formuler des suggestions et des recommandations pour les besoins d’une meilleure appropriation de l’accord, afin d’assurer sa mise en œuvre de façon inclusive et efficace », a déclaré l’ex-Premier ministre.

Après le contexte et justification, l’un des objectifs du document est d’élaborer un rapport alternatif citoyen sur la mise en œuvre de l’accord pour paix et la réconciliation au Mali et spécifiquement faire l’état des lieux à travers l’analyse des différents axes ou piliers de l’accord ; identifier les éléments de blocage du dit accord et de suggérer des propositions adéquates afin d’imprimer une nouvelle dynamique à la mise en œuvre de l’accord.

Ainsi, pour atténuer cette situation, la Coalition citoyenne suggère de réduire le nombre de ces structures, revoir leur ancrage institutionnel pour garantir une meilleure efficacité dans leurs actions. Des suggestions et analyses autour du document présenté ont mis fin à la rencontre.

Cheick Hassane